DÉCOUVRE ET APPREND LA VOILE DANS LE RÉSEAU ÉCOLE FRANÇAISE DE VOILE

Actualités

La FFVoile vogue vers le Slow tourisme

Lauréate de l'appel à projets « Slow tourisme » du Fonds Tourisme durable, la FFVoile, dont le réseau compte 1.085 structures affiliées parmi lesquelles 512 labellisées pour qualité de leurs prestations touristiques, a mis en place en janvier dernier un groupe de travail thématique afin de construire son offre « Slow Tourisme FFVoile ». Et de la proposer à son réseau. Découverte.

Selon une étude menée par Repucom, 72% des Français sont attirés par la voile mais seuls 7% d'entre eux se jettent à l'eau. Partant de ce constat, la FFVoile a souhaité élargir son champ des possibles et proposer une offre complémentaire pour capter cette clientèle potentielle. Elle a répondu dans ce sens à l'appel à projets « Slow tourisme ». Lancée l'an dernier dans le cadre du Plan de relance, l'opération, réalisée avec le soutien financier de l'ADEME, vise à accompagner les acteurs de la filière tourisme dans la conception d'une offre de slow tourisme. « Au-delà de leur vocation sportive, nos clubs sont des acteurs du tourisme territorial. Nous souhaitions les accompagner avec le soutien de ce dispositif pour générer de nouveaux produits respectueux de l'environnement et différents du tourisme de masse, même si nous proposons déjà un vaste panel d'activités éducatives, sportives et touristiques. Nous avons été retenus grâce à la qualité du travail effectué par nos techniciens », explique Pascal Berthault, vice-président de la FFVoile, en charge du développement. « Ouvrir nos clubs et à la FFVoile à des partenariats avec d'autres ministères, créer des passerelles avec d'autres secteurs variés faisait partiede notre projet politique », ajoute-t-il.

 

Convaincue de l'importance et de l'intérêt du slow tourisme, la FFVoile a mis en place dès janvier un groupe de travail regroupant une vingtaine de structures affiliées volontaires. L'objectif : construire une offre homogène adaptée à chaque site de pratique en mer ou sur les plans d'eau intérieurs, qui permette de vivre une expérience à la fois immersive et inclusive. Comment ? En s'appuyant sur des supports à voile, pagaie, pédale voire motorisation électrique, qui favorisent l'itinérance, la découverte de la nature et du patrimoine, l'éduction à l'environnement et la transmission.

Une offre qui repose sur quatre piliers

Ainsi, le projet repose sur quatre piliers : l'expérience, le temps, les mobilités douces et enfin la protection et la valorisation raisonnée des patrimoines. L'offre, qui cible les touristes et locaux, sera proposée sur des sites de pratiques riches en découvertes environnementales et humaines. « Il faut un site remarquable dans un environnement préservé qui permette la pratique nautique et d'une activité de pleine nature, et favorise le partage et les rencontres avec la population locale, ou encore la découverte des produits du terroir », résume Sylvie Lasseaux, responsable du service développement de la FFVoile.

 

Un double enjeu pour la FFVoile

Ce projet a plusieurs enjeux pour la FFVoile. « Il ne s'agit pas de se contenter d'offrir quelque chose de nouveau à ceux qui fréquentent déjà nos clubs, mais de séduire un nouveau public et d'attirer plus de personnes sur l'eau avec de nouveaux produits répondant à ses attentes », explique Pascal Berthault. Mais aussi de sensibiliser à l'environnement, renforcer l'attractivité des territoires et favoriser leur développement économique.  « L'enjeu est de bâtir grâce à notre réseau un bon maillage territorial d'offre structurée et de communiquer efficacement sur ces produits vecteurs de bien-être et de bonne santé pour un large public. Pour une découverte en douceur de nos activités, il faut trouver le bon encadrement qui soit aussi capable de raconter une histoire. Et le bon matériel, complète Sylvie Lasseaux. Cela va inciter les clubs à nouer des contacts avec des producteurs et prestataires locaux, mais aussi à se tourner vers la terre. Il faudra être vigilant à la qualité de l'accueil ».

 

Un déploiement en deux phases

« Nous travaillons sur le cahier des charges depuis l'automne dernier. Nous formerons les encadrants et accompagnateurs à cette nouvelle offre dès le printemps, puis proposerons un accompagnement individualisé aux structures retenues. Nous communiquerons sur l'offre dès cet été », détaille Sylvie Lasseaux. Le déploiement de l'offre se fait donc en deux phases : une expérimentation s'appuyant sur des structures labellisées et territoires volontaires, avant d'être étendu à l'ensemble du réseau FFVoile national. Pour l'heure, 90 structures de 13 régions pourraient être intégrées dans le financement de l'expérimentation.